Semaine bleue : les retraités ont toute leur place dans notre société !

Publié le 06/10/2017 à 15H19

Du 2 au 8 octobre, c’était la semaine bleue. Cette semaine était l’occasion  de rappeler la place et le rôle social des personnes retraitées dans notre société. La  CFDT, par son engagement pour la solidarité intergénérationnelle et la justice sociale pour tous les âges, y a pris toute sa place et continuera toute l’année de porter ces valeurs.

Beaucoup de personnes restent actives après la retraite. Nous connaissons leur engagement dans la vie associative, politique ou familiale. Qu’ils ou elles soient en bonne santé ou freinés par un problème de santé, les retraités gardent une place importante dans la société. Leur contribution à la richesse du pays est réelle et il faut leur reconnaitre.   

Ces derniers temps, des discours ou décisions politiques tendent à opposer les générations les unes aux autres, en usant de caricatures ou de généralités sur les jeunes et les personnes âgées. Les dernières annonces sur la hausse de la CSG en font partie. Dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale, il est prévu de transférer la partie du financement de l’assurance chômage et de l’assurance maladie par les cotisations salariales vers l’impôt (la CSG). La CFDT reconnait que la CSG est la contribution sociale la plus solidaire et la plus équitable pour financer la protection sociale. Elle n’est bien entendu pas opposée à ce que les retraités participent comme tout le monde au financement des sécurités collectives. Mais la CFDT s’oppose à cette hausse si elle est créatrice de nouvelles inégalités que ce soit entre les fonctionnaires et les salariés ou entre les actifs et les retraités.

Le Président de la République a annoncé des compensations pour les retraités touchant moins de 1200€ par mois. Mais à ce niveau de revenus, pas plus les retraités que d’autres, ne peuvent se compter « parmi les plus aisés ». Pour qu’elle soit acceptée, cette réforme doit être juste socialement. Nous demandons la suppression de la cotisation maladie de 1% sur les retraites complémentaires et celle de la taxe d’habitation pour tous.

Les retraités participent aussi  aux efforts de redressement des comptes publics et sociaux : fiscalisation de la majoration de pension pour enfant, suppression de la demi-part fiscale, non-revalorisation des retraites... Ils sont solidaires du reste de la population. Et ce, malgré l’absence d’augmentation des pensions depuis quatre ans.

Au moment où il est également annoncé une hausse du forfait hospitalier, il est important de réaliser que cette augmentation se reportera sur le prix des mutuelles. Or, les retraités ont à leur charge  leur assurance maladie complémentaire. De nouvelles augmentations risquent d’accentuer le nombre de renoncements aux soins à cause de leur coût. La CFDT demande à ce que la complémentaire santé pour les retraités, comme pour l’ensemble des personnes en fin de droits, ne soit pas uniquement à la charge de l’individu. Nous insistons également pour que le tiers payant généralisé soit rapidement effectif pour l’ensemble de la population.  

 

 

Bientôt s’ouvriront les discussions sur notre système de retraites. Pour les futurs retraités, la CFDT défendra un modèle solidaire par répartition tout en portant une attention toute particulière aux plus fragiles. Mais c’est la question, plus large, du bien vieillir qui nous intéresse.

A l’horizon 2050, un français sur trois serait âgé de 60 ans ou plus. L’espérance de vie augmente, c’est une bonne nouvelle. Mais ce que nous voulons c’est que cela se fasse dans de bonnes conditions. Le vieillissement de la population, et la perte d’autonomie sont des réalités à prendre en compte dans de nombreux domaines : santé, mobilité, logement… Il existe actuellement de fortes disparités de niveau de vie chez les personnes âgées et les femmes restent les plus touchées par la précarité. Tous les retraités ne sont pas en mesure d’accéder à l’accompagnement dont ils auraient besoin, aux infrastructures adaptées. Et ce sont généralement les proches qui prennent cette charge, lourde financièrement comme psychologiquement. Avec l’âge, c’est aussi l’isolement  qui a tendance à s’accentuer. 

Parce que cela est l’affaire de tous,  la CFDT s’engage pour que l’accompagnement du vieillissement soit pris en charge de façon mutualisée. Améliorer le bien-être des retraités, c’est également créer des emplois de qualité nécessaires à leur accompagnement. Nous devons nous en donner les moyens. Il est temps de changer notre regard sur le vieillissement et d’agir en conséquence.