Rencontre avec les militants CFDT de Vinci

Publié le 15/05/2017 à 15H46

La CFDT est devenue la première organisation syndicale dans le groupe Vinci, leader français et européen dans le secteur de la construction : cela méritait bien un moment convivial, chaleureux, quelques mots de félicitations et le verre de l’amitié. C’est avec un grand plaisir que j’ai partagé ce moment, jeudi 11 mai, avec les militants de cette entreprise venus de toute la France, à l’invitation de notre fédération Construction-Bois.

Laurent Vinci

 

En arriver à cette première place, ce n’est pas un objectif en soi : pour nos militants de Vinci - comme pour tous les militants CFDT -  l’objectif premier, c’est de placer le salarié au centre de nos préoccupations. C’est obtenir de nouveaux droits pour eux, par la négociation, par la confrontation s’il le faut. Le reste suit : de meilleurs résultats aux élections professionnelles, de nouveaux adhérents, et l’accueil de militants et d’adhérents de la CGT qui ont rejoint la CFDT. Cette première place, ce n’est pas un hasard : c’est le fruit de vingt ans d’action syndicale et d’adaptation au modèle Vinci qui a fait le choix d’une organisation fortement décentralisée dans les années 1980. Pour être dans la proximité avec les salariés, il a fallu s’implanter partout où le groupe a créé des entités juridiques, mêmes les plus petites. Il a fallu développer la communication entre nos structures syndicales, et revendiquer des espaces d’échanges voire de consultation des salariés sur des thématiques telles que la formation professionnelle, la prévoyance, la santé et la sécurité, le dialogue social…

Laurent Vinci 2

C’est un bel exemple de ce que sait faire la CFDT. Si nous sommes première organisation dans l’ensemble du secteur privé, c’est grâce au syndicalisme de proximité que nous sommes capables de déployer grâce à des milliers de militants. L’exemple de la CFDT de Vinci prouve, s’il en était besoin, qu’il n’est plus possible de prétendre transformer positivement la vie des travailleurs par des décisions politiques qui nieraient le fait syndical. A Vinci comme ailleurs, la CFDT tient une place de choix : la première. A bon entendeur…