Parlons enfin du Travail !

Publié le 26/09/2016 à 10H32

On parle trop peu, ou trop mal, du travail. Les préjugés et les présupposés idéologiques ne devraient pas être le discours dominant sur ce qui est d’abord une expérience sensible, une part  importante de notre vie, de notre identité et de notre lien aux autres, pour le meilleur et pour le pire.

Les salariés que je rencontre ne me disent pas que le travail, c’est la misère. Ils me parlent plus volontiers de leur satisfaction du travail bien fait, des savoirs faires acquis au fil de l’expérience, ils sont fiers de l’utilité de leur activité. Ils ne me disent pas non plus que c’est le bonheur. Beaucoup souffrent d’avoir trop peu de marges de manœuvre, de reconnaissance, d’être peu consultés sur l’organisation de leur travail. Certains travaillent dans des conditions difficiles qui usent leur santé. Je pense par exemple aux bûcherons que j’ai rencontrés il y a quinze jours en Alsace.  Les accidents du travail et les maladies professionnelles sont fréquentes en forêt. Mais ce n’est pas une raison pour eux de se laisser abattre ! Ils réclament un départ anticipé à la retraite, ainsi qu’une meilleure reconnaissance de leurs métiers qui sont de plus en plus qualifiés. J’ai pu m’en rendre compte, il faut une bonne condition physique, mais aussi beaucoup de technicité et d’habilité pour exécuter une coupe de bois dans les règles de l’art ! Je pense aussi au cuisinier et aux serveurs d’un restaurant gastronomique rencontrés à Cahors. Quand arrive le « coup de feu », ils doivent se préparer à servir dans l’urgence une centaine de couverts.  Et là, le geste professionnel n’est pas la seule compétence requise : il faut être réactif, bien organisés et savoir gérer son stress. Avec, au final la fierté de régaler les clients chaque jour…

Qui connait vraiment la réalité du métier de bucheron, ou de cuisinier ? Et si la meilleure façon de comprendre le travail, au moment où il est justement en pleines mutations, c’était d’écouter les gens parler du leur ?

Forte de cette conviction la CFDT vient de lancer une enquête participative sur le travail, avec l’ambition d’en faire la plus grande jamais réalisée sur le sujet. Ça se passe ici : tous les travailleurs, qu’ils soient salariés, auto-entrepreneurs, agents publics, apprentis, demandeurs d’emplois…sont invités à répondre à un questionnaire qui aborde le travail dans toutes ses dimensions : les conditions de travail et de rémunération, les liens avec la hiérarchie, la santé, le sens et les attentes... L’interface est originale, et facile à utiliser : elle permet à chaque participant de se situer par rapport aux autres, et d’avoir accès à des ressources autour des différentes thématiques.

L’enquête durera trois mois et les résultats seront étudiés par des sociologues. Notre volonté est de  constituer une photographie de la façon dont le travail est vécu en 2016. A partir de là, nous affinerons nos revendications pour trouver des solutions aux problèmes qui se posent aujourd’hui et pour préparer le monde du travail de demain.

L’enquête doit aussi permettre de sortir le travail de l’invisibilité, pour qu’il retrouve une place centrale dans les débats publics… et dans la réflexion économique.  Le travail est créateur de valeur et pourtant il est trop souvent la « variable d’ajustement » de la stratégie de l’entreprise.  C’est aussi cela qui doit changer.

Participer à l'enquête Parlons travail