archive :  2015/Mai

“Si le compte pénibilité devait être reculé, nous descendrons dans la rue pour le défendre”

Ce mardi 26 mai, j'étais l'invité" de Thomas Sotto dans la matinale d'Europe 1. Il m'a interrogé notamment sur la loi de modernisation du dialogue social et sur l'avenir du compte personnel de prévention de la pénibilité. Redécourez l'interview en vidéo:

“Permettre à tous de réussir ce n'est pas niveler par le bas” - Interview RTL du 19 mai

lb rtl 581 191

Invité de RTL ce mardi 19 mai, j'ai expliqué à Jean-Michel Apathie pourquoi nous n'appellons pas à la grève contre la réforme du collège.


"Ne laissez personne vous dire que vous êtes trop jeune" - Discours au Working Time Festival - 1er Mai 2015

Cap LB WTF Discours


Bonjour à toutes et à tous, merci d’être là.

Avant les concerts, je voulais vous dire quelques mots. Parce que c’est un moment important pour nous : c’est la première fois que la Cfdt  réunit 2000 jeunes un 1er mai, sous le signe de la fête internationale des travailleurs et de l’Europe.

Quel plaisir de vous voir ici si nombreux !
 

Ce festival, c’est la CFDT qui l’a organisé,  mais c’est vous qui l’avez fait,c’est le vôtreEt j’espère que vous avez passé une bonne journée.

Merci donc à vous tous, militants, adhérents de la CFDT ou simplement participant. Merci de nous avoir fait confiance et d’avoir eu la curiosité de la rencontre avec d’autres jeunes de tous horizons.

Vous êtes venus de la France entière, y compris de l'autre mer et aussi de toute l’EuropeMerci aux jeunes lituaniens, belges, allemands, bulgares, espagnols, italiens, polonais, slovènes et suédois : non seulement vous avez donné de la perspective à nos débats, mais  vous avez donné un beau visage à  l’Europe !

Il y a aussi ce soir beaucoup de jeunes engagés dans des associations et des organisations de jeunesse. Merci à vous !

Et je n’oublie pas tous les bénévoles de la CFDT même ceux qui ne sont plus jeunes depuis longtemps ...mais la jeunesse ça peut aussi être un état d’esprit permanent.  

*** 

Cette journée, c’est d’abord un message adressé à vous, jeunes militants et adhérents de la CFDT : je suis fier d’être à la tête d’une organisation qui compte plus de 66 000 jeunes ! Notre syndicalisme, c’est vous qui le faites bouger ! Je souhaite que vous soyez encore plus nombreux, et que vous preniez des responsabilités.

Que vous ayez de l’ambition - pour vous - et pour la CFDT ! Ceux qui ont déjà participé à Effervescence(s), les sessions de formation de nos jeunes responsables, savent que c’est possible !

***

Cette journée, c’est aussi un message à vous tous, jeunes non adhérents. Vous qui vous êtes fait embarquer par les amis ; vous qui êtes venus voir ce que propose un syndicat comme la CFDT ; ou qui avez aussi été séduit par l’affiche des concerts !

***

A vous tous, je tiens à dire 2 choses :

***

D’abord, notre syndicat se bat pour améliorer la situation des jeunes et pour que vous ayez davantage de droits ! La garantie jeunes, qui permet aux jeunes en galère de toucher une allocation et d’être réellement accompagné vers l’emploi, c’est nous ! L’accès à l’indemnisation chômage pour tous ceux qui enchainent les petits contrats, c’est nous ! La possibilité pour les apprentis de cotiser pour leur retraite, c’est encore nous !

Nous sommes fiers de ces acquis, mais le chemin n’est pas fini : pour la CFDT, ce sont toutes les politiques publiques qui doivent mieux tenir compte de la situation des jeunes ; dans le domaine du logement, de l’éducation, de l’emploi bien-sûr, mais aussi de la santé.

Investir dans la jeunesse : ça doit être une priorité dans ce pays... Ça doit même être LA priorité. 

La deuxième chose que je veux vous dire, et c’est mon message essentiel : nous - avons - besoin - de vous !

La CFDT veut être à l’image de la société, pour mieux répondre aux défis qui sont devant nous. Et pour cela, nous avons besoin de votre regard, de votre expérience et de vos idées

C’est avec vous que nous voulons construire  l’avenir. Un avenir plus enthousiasmant que celui qui nous est proposé en ce moment !

***

Je sais que se syndiquer, ça n’a rien d’un réflexe pour votre génération. Vous avez d’autres choses à penser : faire votre place dans le monde du travail,  tracer votre voie ; sans sacrifier votre vie personnelle et sans renoncer à vos rêves.

Alors pourquoi rejoindre la CFDT ? Parce que c’est le moyen de peser sur les décisions qui vous concernent : celles qui se prennent dans votre entreprise,celles qui façonnent la société. Celles qui ont un impact direct sur votre quotidien, sur votre travail et sur chacun d’entre nous… Mais aussi parce que dans l’entreprise, la solidarité, le sens du collectif, ça aide à être plus fort.

Adhérer et militer à la CFDT c’est trouver  du sens, des valeurs et  aussi de la convivialité.

Alors l’organisation de ce festival, c’est aussi une façon de vous faire de la place dans notre organisation!

Ce n’est pas toujours simple parce que ça nous bouscule. Parce qu’il ne suffit pas de faire de grandes déclarations, aussi sincères soient-elles : nous devons faire la preuve de notre utilité. Montrer que l’action syndicale peut réellement changer les choses. Mais pour changer le monde, il faut commencer par changerson quotidien, et d’abord celui de son travail et de ses collègues.

Offrir cela à ceux qui voudraient nous rejoindre, c’est une tâche immense. Mais nous, responsables syndicaux, jeunes et moins jeunes, nous vous le devons !

 On parle trop souvent - et moi le premier, depuis quelques minutes- des « jeunes », de vous. Mais iI n’y a pas une jeunesse, il n’y pas « des jeunes » qui seraient tous identiques. Il y a des personnes, qui ont chacune leur histoire, leur parcours, leurs attentes. Vous l’avez encore montré aujourd'hui. C’est à cette diversité que nous voulons et que nous devons apporter des réponses.

Parce qu’être étudiant, avoir un travail stable ou galérer entre chômage et petitsboulots, ce sont des réalités différentes.  Parce que vivre chez ses parents, en colocation, ou en couple, ce sont des besoins différents.

Et pourtant, malgré cette diversité, vous avez tous des choses en commun :vous avez toujours connu un discours de crise. D’ailleurs on dit que vous êtes une génération sacrifiée, et même LA génération sacrifiée.

Je n’ai pourtant pas eu l’impression aujourd’hui que vous avez baissé les bras. Moi, je vous trouve très lucide sur votre avenir et même confiant, malgré les incertitudes.

En tout casvous ne pensez pas que les politiques peuvent - seuls - changer le monde. La société civile, les associations, les syndicats, eux aussi, doivent y participer. Et ça, c’est une raison de plus de s’engager ! 

L’autre point commun que vous partagez, et dont vous avez peut-être moins conscience, c’est que c’est votre tour de prendre les manettes de ce pays! Ceux d’entre-vous qui ont déjà des responsabilités syndicales ou associatives le savent bien ! 

***

Alors c’est vrai, cette prise de responsabilité, elle ne se fait pas dans un moment facile.

Notre pays est très pessimiste sur son avenir collectif. Et pourtant,  chacun d’entre nous a plutôt confiance en son destin personnel. Et c’est là toute la question : pourquoi avons-nous perdu confiance dans cette aventure collective qui est la nôtre ?

Pour la CFDT, il n’y a pas de « France qui se meurt ». Même si c’est dur pour beaucoup, il y a quand même des raisons d’espérer.

Oui, le progrès est encore possible ! Et un progrès collectif, qui ne laisse personne au bord du chemin !

***

Chez nous, il n’y a pas de nostalgie, il y a de l’envie ! Pas question de se battre pour un monde qui n’existe plus : c’est bien le monde de demain que nous voulons construire !

Alors oui, pour la CFDT, le progrès, ça ne peut pas être le statut quo. Mais ce n’est pas non plus la casse de notre modèle social il y a une autre voie, un nouveau mode de développement possible pour remettre l’économie au service des femmes et des hommes. Une société de la qualité pour tous : qualité de vie, qualité du travail et de l’emploi, respect de l’environnement.

C’est vrai, c’est une grande ambition. Certains diraient même une belle utopie. Eh bien, je vais vous le dire : les utopies, elles sont faites pour être réalisées. Parce que sinon, le seul choix qui reste, c’est de dire « c’est comme ça ». Et cela, c’est tout simplement du renoncement. Alors, cette ambition, cette utopie, je crois sincèrement qu’ensemble, nous pouvons en faire une réalité.

***

Mais tout ça ne tombera pas du ciel… C’est par le dialogue, par la coopération entre les salariés, entre les citoyens, que nous pouvons retrouver le chemin du progrès.

Fini le temps où quelques-uns décidaient pour tous les autres ! Il faut plus de participation citoyenne ! Se parler, débattre, se confronter quand on n’est pas d’accord, et trouver des solutions ensemble.

Le syndicalisme, c’est un de ces espaces de débat, de participation et de proposition. Oui, de proposition ! ! 

Nous portons depuis longtemps l’idée d’un compte social personnel, pour permettre à chacun, tout au long de sa vie, d’accumuler des droits : pour se former, changer de métier, s’engager dans l’associatif, bref – pour utiliser les droits dont vous avez besoin, quand vous  en avez besoin. Parce que, je le disais à l’instant, vous êtes, nous sommes tous différents. Aujourd’hui, le progrès social, c’est de pouvoir offrir du sur-mesure à tous.

Eh bien cette idée pourrait devenir une réalité, avec le compte personnel d’activité qui doit être créé par la loi. 

Là encore, c’est le monde de demain que nous bâtissons ; et c’est pourquoi nous réclamons depuis des années un vrai plan d’investissements européen, pour accélérer la transition écologique et créer des emplois. Dans les énergies renouvelables, le transport propre, le numérique. Cette proposition, elle est en train d’être reprise, avec le plan Juncker.

Et quand je parle du monde de demain, je ne pense pas seulement à la France – ou même à l’Europe

Nous le savons bien, notre responsabilité collective, comme travailleur, comme consommateur et comme citoyen, elle dépasse désormais toutes les frontières. C’est pourquoi nous travaillons avec des associations et des ONG sur la responsabilité des multinationales vis-à-vis de leurs sous-traitants. Elles doivent rendre des comptes sur les conditions dans lesquelles elles font travailler leurs salariés, y compris à l’autre bout du monde ! Eh bien ce principe vient d’être adopté par le parlement. Cela s’appelle le devoir de vigilance !

*** 

Alors oui, la CFDT rêve, je rêve d’une société ouverte, qui voit dans l’Europe une chance, à condition de construire une Europe qui protège mieux l’intérêt des peuples. Une société qui rejette toutes les formes de racisme et qui refuse que l’on oppose les français et les européens entre eux. Bref, une société qui partage un projet commun.

Oui, nous portons une vision de la société à l’opposé de celle que certains cherchent à nous vendre. Une société où il faudrait se protéger de l’étranger, de l’immigré, avec la préférence nationale. Une société où un chef autoritaire  déciderait seul, pour tous.

Ces idées, si on peut encore appeler ça des idées, la CFDT ne peut que les rejeter. Purement et simplement. C’est pour ça que si elle reste farouchementindépendante de tous les partis politiques, la CFDT combat le Front national. Parce qu’il est et demeurera toujours un danger, un danger qui menace notre démocratie.

***

Nous, nous misons sur l’ouverture aux autres et à leurs différences, sur le débat et l’échange d’expériences, le plaisir des moments partagés. C’est, je crois, ce que nous avons vécu ensemble aujourd’hui. Et cela va continuer juste après avec les concerts ;

 Une dernière chose. Ce moment fort que nous venons de vivre, je vous propose de le prolonger : dans vos régions, car la CFDT y organise aussi des initiatives ; Mais également sur vos lieux de travail.

Je vous propose de continuer à faire vivre ce vieux slogan de la CFDT qui dit :« nous vivrons ce que nous changerons ».

Poursuivez le débat, soyez acteurs ! Prenez la place qui vous est due, même s’il faut jouer des coudes ! Ne laissez à personne le soin de décider à votre place de ce qui est bon pour vous ! Et surtout, ne laissez personne vous dire : « t’es trop jeune pour ça » !

Alors encore une fois, merci à tous, et maintenant, enfin dans 1/2h je crois, place aux concerts !

Sur ce blog, je souhaite partager mes observations et ma façon de voir l’avenir. Ces réflexions se nourrissent de l’analyse de la CFDT, de ses propositions. Mais aussi des discussions avec les adhérents et militants de la CFDT, ainsi que les salariés et agents que je rencontre chaque semaine. Bienvenue !