Articuler parcours professionnel et engagement syndical, c’est possible !

Publié le 07/08/2018 à 15H04

Il y a quelques semaines, je me suis rendu à Niort pour rencontrer les militants de la MAIF. A cette occasion j’ai croisé Fabienne Godec. La première fois que j’ai rencontré Fabienne, c’était en 2013 à Châtellerault. Elle était alors responsable du service clientèle au sein du groupe Mory-Ducros. Elle y a travaillé pendant 27 ans. Sous l’étiquette CFDT, Fabienne est élue, d’abord au sein du comité d’entreprise de son établissement, puis ensuite au sein d’un CE national unique. Elle en sera aussi la trésorière.

Fabienne m’avait interpellé sur la situation dramatique de l’entreprise. Quelques mois après notre échange le président du groupe a malheureusement déclaré l’entreprise en cessation de paiement et a engagé un vaste plan de licenciement. Pour la CFDT l’urgence était alors de sauvegarder l’emploi et de défendre les salariés en assurant les meilleures conditions de reprise possibles. « On s’est battu pour sauver la boîte, on pensait qu’il y avait des chances » se souvient-elle, « mais en face de nous on avait des patrons voyous, ça n’a pas été simple ».

En 2014, alors qu’un plan de sauvegarde de l’emploi se met en place, Fabienne fait des rencontres qui vont lui permettre d’être accompagnée pour traverser la crise qui frappe les 5500 salariés du groupe. Les conseillers de la cellule de reclassement (dispositif d’accompagnement des salariés licenciés pour motif économique) l’invitent à envisager une reconversion et l’incitent fortement à reprendre ses études dans les métiers de l’assurance. « Quand on m’a dit que je devais retourner au lycée, ça m’a fait plus que bizarre. A 54 ans… ». Fabienne intègre alors un BTS en 1 an et  découvre le monde de l’assurance par un stage à la MAIF. « Dans ma promotion, ça allait de 21 à 54 ans. On avait tous des profils différents ». Elle valide son diplôme en Juillet 2015 et depuis cette date, elle enchaine les CDD, entre différentes mutuelles d’assurances niortaises. Son contrat actuel court jusqu’en décembre 2018. Et après ? « Ça ne me tracasse pas. Le fait d’enchainer les CDD me permet de travailler dans des entreprises différentes, des services différents et ainsi d’augmenter et diversifier mes compétences. J’acquière de l’expérience et un profil qui me permet d’envisager sereinement cette seconde partie de carrière. ».

Fabienne a fait preuve d’une détermination époustouflante. Elle a aussi pu compter sur la CFDT et son réseau, « l’aide de l’Union départementale des Deux-Sèvres et de la section des transports a été précieuse. Grâce à la CFDT, j’ai pu avoir des contacts, des conseils, quand il fallait au moment où il fallait ». Et Fabienne de poursuivre « on dit que le syndicat est une entrave ou un frein dans une carrière. Je l’ai subi par moment. Mais je ne regrette rien, c’était un choix au départ, et il y a beaucoup plus d’avantages à être syndiqué ! J’ai rencontré des gens, découvert des méthodes de travail, j’ai appris à négocier… Tout ça m’a permis d’arriver là où j’en suis aujourd’hui ! »

Fabienne, optimiste et déterminée, est à l’image de ces militantes et de ces militants que je rencontre quotidiennement, qui s’engagent avec passion et conviction pour défendre les droits des travailleurs. « Et surtout je suis la preuve que même à cet âge-là on n’est pas foutu ! » conclut Fabienne en plaisantant.