A la rencontre des militants CFDT de Ouest-France !

Publié le 08/12/2017 à 11H01

Mardi 5 décembre, je suis allé à la rencontre des adhérents et militants CFDT de Ouest France, près de Rennes. 

Laurent Ouest France

Ouest France est le plus grand quotidien de la presse régionale française. 1 400 personnes y travaillent, et les journalistes ne représentent que 40% d’entre-eux ! Ce journal a la particularité d’avoir ses propres ateliers d’impression ; 420 ouvriers travaillent donc sur les rotatives, installées à Rennes, Nantes et Angers. Dans le contexte de la transition numérique, c’est un vrai pari ! Même si la diffusion se tasse, Ouest France reste d’abord un journal « papier » avec 700 000 exemplaires par jour. Parallèlement, les abonnements numériques augmentent. Ouest France est au 5e rang du classement des audiences numériques, devant BFM.

Face aux évolutions de la presse et des médias, à la forte demande de contenus en ligne, Ouest France veut prendre le virage de la révolution numérique. L’équilibre et le modèle économique restent à trouver mais le quotidien dit vouloir miser sur la qualité de l’information pour s’inscrire dans cette transition, qui remet en cause à la fois l’organisation du travail et les fonctionnements de l’entreprise au quotidien.

Une information de qualité passe d’abord par des conditions de travail acceptables pour les travailleurs. Or, Philippe Gaillard, délégué syndical CFDT chez Ouest France me le rappelait lors de notre rencontre : « Les efforts de productivité demandés aux salariés et le manque de perspectives claires ont des impacts sur l’ambiance de travail. » Car pour répondre à ces nouvelles demandes multimédias, les journalistes doivent écrire à la fois pour l’édition papier, le site internet mais aussi réaliser des vidéos et alimenter les réseaux sociaux.

Et les journalistes ne sont pas les seuls impactés par ce changement de modèle. J’ai rencontré plusieurs salariés et ils sont inquiets. Les effectifs ont baissé année après année, sans licenciements, mais tous les départs en retraite ne sont pas remplacés. Dans le même temps, les salaires n’ont
pas été augmentés depuis 5 ans. Les dépassements d’horaires sont récurrents et la direction peine à l’admettre. Cela se traduit par du stress et une qualité de vie au travail qui se dégrade.

La section CFDT Ouest France de Rennes compte 90 adhérents et militants qui s’attachent à représenter l’ensemble des professions présentes au sein du journal. Avec ces transformations, l’organisation du travail et donc le management sont questionnés. C’est pourquoi la CFDT travaille à sensibiliser les cadres de l’entreprise -ils sont plus de 360- et organisera, début 2018, un débat, ouvert à tous, sur ce sujet.

Ouest France est représentatif des mutations auxquelles le secteur de la presse écrite doit faire face. Et pour les anticiper, les organiser, la présence et l’action syndicale sont essentielles. Le syndicalisme, par le dialogue social, a tout son rôle à jouer pour construire, avec les travailleurs, les réponses à ces défis. Cette visite à Ouest France est une nouvelle fois l’occasion de rappeler que les salariés doivent être formés et accompagnés dans ces changements. La CFDT milite pour sécuriser les parcours professionnels de chacun et ne laisser personne au bord du chemin.